Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 21:33
Agnès LEDIG, une romancière à la plume arc-en-ciel

Roméo, pompier professionnel, suite à une chute de 8 étages en voulant sauver un enfant, se retrouve dans un état grave à l'hôpital. Une infirmière, Juliette ( quel hasard ?) est prise de compassion pour ce nouveau et jeune patient au corps si abîmé après un long coma. Pourtant, quand Roméo prend conscience de son corps qui ne pourra peut être plus remonter sur la grande échelle, il tombe dans le désespoir mais Juliette lui réplique :

- Arrêtez de vous posez en victime. Oui, vous l'avez été, d'un terrible accident, mais ce n'est pas en vous vautrant dans ce statut de victime que vous vous en sortirez. Qui viendra vous plaindre ? Personne. Parce que çà n'avance à rien. Les autres aiment les gens positifs et joyeux, parce que les gens positifs et joyeux leur font du bien. Ceux qui se plaignent sans arrêt ne font pas de bien.....Quand je prends ma garde, j'ai envie que vous me fassiez un sourire, que vous parliez des progrès que vous avez faits, de ceux que vous espérez faire le lendemain, et aussi de quelques trois jolis moments que vous retenez de la journée passée, il y en a forcément, et de vous contenter de cela.

Ce court extrait vient du troisième roman "Pars avec lui" d'Agnès LEDIG,  dont la côte de popularité gagne du terrain, elle qui exerce avant tout le métier de sage femme en libéral et a commençé l'écriture avec la mort d'un de ses enfants. Qu'est ce qui touche tant dans la plume d'Agnès ? Pour ma part , j'ai relevé au moins quatre couleurs  de son bel arc-en-ciel d'écriture.

Première couleur : une densité de personnages habités dans leur fragilité, leur doute, leur fêlure, des personnages loin des John wayne, héros invulnérables et qui sont restitués avec leurs dialogues internes très vivants et qui se confrontent au fil des pages. Ces personnages qui peuvent nous rejoindre quelque part  dans leur ambivalence, adultes, grands parents, ou adolescents. Ainsi, Vanessa, la jeune soeur de Roméo âgée de 14 ans et qui vit une quête d'adolescente instable,  en mal d'affection.

Mon petit Toi chéri ,

J'en ai marre. Personne ne croit en moi. Ils pensent tous que je suis une ratée. On me demande toujours plus. Bien travailler en classe et aller là où on me dit d'aller, enfiler des patins et me tenir droite à table.....Des fois, j'aimerais être déjà adulte. Ou ne plus être là du tout. j'hésite.

Deuxième couleur : des enseignements de vie délivrés et non des leçons de morale. Ainsi Malou, la grand mère très aimée de Juliette qui évoque que le hasard n'existe pas et montre comment les épreuves malgré tout peuvent aussi contribuer à des prises de conscience salutaires.

Troisième couleur : la place importante des symboles et du symbolisme mêlé à l'humour. Deux personnages qui se retrouvent étrangement : Roméo le pompier et sa grande échelle et Juliette, jeune femme subissant un compagnon narcissique et culpabilisant. Le fameux gâteau Paris Brest qu'affectionne particulièrement Malou en souvenir d'un vrai amour connu à Paris en faisant la liaison Paris Brest. Bref, je ne vais pas tout dévoiler de ces symboles, clins d'oeil souvent chargés d'humour ou de profonde sensibilité, comme le sens de l'arc en ciel dans le drame subi par Juliette.

Quatrième couleur : sa plume vraiment arc-en-ciel, talent naturel d'Agnès qui nous entraine dans la tendresse pour la plupart de ces personnages sans tomber dans l'eau de rose car les épreuves et même la violence sont présentes au fil des pages. Cette plume dresse autant le tableau de scènes contrastées entre un compagnon par vengeance pour son ex qui jette toutes les affaires par la fenêtre  jusqu'à des paysages de montagne alpine au contact des  bouquetins

De "Marie d'en haut", en passant par " Juste avant le bonheur"  et " Pars avec lui", j'aurais envie de vous dire que partir en voyage avec un roman d'Agnès Ledig, c'est vraiment goûter à la beauté des âmes, des sensibilités, des écorchures dans la douceur, la bienveillance, entre rire et larmes, avec un mot cher à Agnès : respect.  Mot qu'elle définit elle même : sentiment qui porte à accorder à quelqu'un une considération admirative, en raison de la valeur qu'on lui reconnaît, et à se conduire envers lui avec réserve et retenue. C'est peut être aussi là un des secrets d'écriture d'Agnès Ledig, des personnages parmi d'autres qui encouragent le respect, la bienveillance au delà des douleurs, des souffrances, des résistances à se laisser aimés. Respect Agnès Ledig !

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans psychologie positive
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".