Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2017 4 10 /08 /août /2017 23:08

Regarder un enfant, un petit enfant. Il est avec l'instant, il joue avec ses jouets, explore, grimpe, monte, descend, trébuche et recommence sans lassitude. Cet enfant vit chaque seconde comme une nouveauté sans arrière pensée. Il peut nous émouvoir avec ses sourires désarmants ou encore nous pousser à bout avec ses cris , ses pleurs, ses coups de pied rageurs.

En grandissant, cet enfant devenu adulte va créer un rapport au monde qui peut osciller entre le déni et l'acceptation. Bien sûr, idéalement, nous souhaiterions probablement tous vivre l'acceptation de ce qui vient sauf ce qui peut nous révolter comme la mort, la souffrance et la violence. Oscultons d'un peu plus près ces différences pour mieux repérer nos attitudes parfois ambivalentes.

Déni = refus de la réalité, refus de regarder en face les choses.

Je suis en colère et je déclare : 'Non, je ne suis pas en colère' sur un ton sec.

Le déni est aussi un mécanisme de défense face à une souffrance, la perte d'un proche, d'un ami ou d'un enfant. 'Non, ce n'est pas possible. Cet accident de la route n'a pas pu le tuer. C'est un cauchemar...". C'est notamment l'américaine Elisabeth Kubler Ross qui a montré le cycle qui va du déni à l'acceptation avec une phase de colère et de marchandage.

acceptation du réel  = accepter ce qui est même s'il ne me convient pas, me fait souffrir d'une manière ou d'une autre.

Accepter, c'est dire oui à la vie sans forcément se résigner.

Mais voilà, ce beau chemin vers l'acceptation si prisé en développement personnel, repris récemment par Christophe André, psychiatre dans une rubrique sur France Culture, s'enraille de mon point de vue quand manifestement, nous refusons d'accepter des faits proches, des faits intimes qui nous heurtent dans notre conscience, nous choquent, ou encore nous indignent.

Un enfant qui décède tragiquement dans l'âge de la vie sur un "stupide" accident de la route, une maman qui rayonnait en communication et qui se coupe progressivement de sa famille, de son conjoint et de ses enfants adultes dans l'enlisement de la maladie d'Alzheimer.

C'est pourquoi, confronté personnellement à ces refus d'acceptation, je plaide pour un accueil pauvre, humble de nos non -acceptations et pouvoir dire oui en toute simplicité et honnêteté avec soi-même.

Oui, je n'accepte pas ce décès tragique de mon ami...

Oui, je n'accepte pas la perte de communication de ma mère atteinte de la maladie d'Azheimer,

Oui, je n'accepte pas qu'en 2017 l'écart entre pauvres et riches en France et sur la planète terre continue de s'accroitre...

Par ailleurs, je retiens que beaucoup de combattants pour la vie, pour un mieux être social comme l'abbé Pierre ont déclenché leur élan, leur motivation et énergie à partir d'un refus, d'une non acceptation.

Hiver 1954, si loin et si proche, l'abbé Pierre refuse que des hommes et des enfants meurent de froid dans Paris qui atteint des températures sibériques et lance un appel à la générosité des parisiens pour recueillir des couvertures...c'est le début du grand mouvement humanitaire d'Emmaus. Le refus de la misère a conduit à créer un mouvement d'ampleur national toujours actif et  toujours utile en 2017.

Alors, au coeur de cet été où nous pouvons côtoyer des mondes et réalités très variées, petit exercice de réflexion pour soi-même et faire la paix avec nos non-acceptations.

-qu'est ce que je n'accepte pas autour de moi ?

- Comment je regarde ces "non-acceptations" ?

Enfin, à quelle action "éventuelle" m'invite cette non acceptation...en reconnaissant que nous n'avons pas tous une vocation d'abbé Pierre. Et Marc Aurèle, empereur et philosophe romain nous ouvre aussi à une vue plus large :

" Mon dieu, donner moi le courage de changer les choses que je peux changer, la sérénité d'accepter celles que je ne peux changer, et la sagesse de distinguer entre les deux".

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".