Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2021 7 16 /05 /mai /2021 21:42

A 51 ans,  Gaël GIRAUD, ancien économiste en chef de l’Agence Française du Développement (AFD), ancien membre du comité scientifique de la fondation Nicolas Hulot, vient d’être nommé en 2020 à la prestigieuse université de Georgetown à Washington pour diriger le programme de la justice environnementale. Un visage d’enfant sage, un regard doux, une voix fluette paisible, et un sens de la concentration pour répondre à ses interlocuteurs avec précision et justesse, Gaël GIRAUD détonne dans le paysage des économistes influents car il ose sortir du cadre convenu, épingler le gouvernement sur ses incohérences de stratégie et soutenir une thèse, celle des communs.

Pour situer la pensée économiste de Gaël GIRAUD, précisons qu’il est aussi prêtre jésuite et déploie à travers ses ouvrages, ses conférences, et ses liens avec des politiques engagés une démarche voulant mettre l’économie au service d’une terre viable écologiquement et d’une justice sociale. Ainsi, il considère, avec d’autres penseurs, que le modèle néo libéral n’est plus adapté (l’a-t-il été un jour ?)  et qu’il y a urgence à changer de modèle économique notamment avec la nécessité de remettre le secteur financier bancaire, y compris la banque centrale européenne sous l’autorité régulatrice des Etats. Dans cette vision, il remet en cause tout simplement le vieux concept historique d’origine romaine de la propriété privée et propose de redonner une vraie place à ce qu’il nomme les communs. De quoi s’agit-il ?

Les communs sont des biens communs qui ne sont ni privés, ni publics et qui servent au collectif. « C’est une ressource partagée par une communauté avec des règles assez précises d’allocation de la ressource » (1). Dans le cadre de ses interventions de plus en plus suivies, il montre qu’il serait absurde de considérer les poissons de l’océan comme un bien public avec un risque d’appropriation par une puissance étatique et qu’ils méritent d’être considérés comme des communs méritant de faire l’objet de règle partagée pour éviter leur surexploitation et l’équité concernant la pêche. Les communs correspondent à « notre rapport le plus ancien et le plus ancestral au monde qui nous entoure » (1). Et il démontre que les peuples indigènes ont sauvegardé ce principe de bien commun avec l’autorité du chef de tribu. Ce n’est pas un concept ringard car il démontre aussi que des démarches d’intelligence collective actuelles comme les fab lab, les logiciels libres témoignent de l’intelligence partagée hors propriété privée et sont bien des communs à privilégier. Nous sommes donc encouragés à nous réapproprier des communs sur nos territoires, à être inventifs à l’image des monnaies locales qui fleurissent ici et là.

L’enjeu pour cet homme engagé dans une croisade pour une économie au service de la vie et de la justice sociale, est bien de sortir de l’impasse d’un modèle obsolète de production-consommation- profit pour inventer un modèle qui passe par une réappropriation au niveau le plus local des communs par les citoyens. Utopique ? Gaël GIRAUD reste, dans l’esprit de Saint Ignace de Loyola, fondateur des jésuites, dans une réflexion fondée sur le discernement spirituel et a vécu aussi, pour répondre aux exigences de la formation des jésuites, loin des feux des médias, une retraite de 30 jours dans le silence, et un mois et demi dans un centre de réfugiés à Rome.

 Et si cet économiste communiquant « hors norme » ouvrait une porte sur une société du futur, celle à laquelle aspirent de plus en plus de citoyens conscients d’un système économico-politique  à bout de souffle ?

  1. Ted X de Tours en avril 2018 : apprenons à partager les ressources pour sauver le vivant.

Ouvrage de référence : Illusion financière ; 2014

Partager cet article
Repost0

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien appreciative inquiry, et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien appreciative inquiry, et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".