Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 06:45

Au bord de l'eau dans un petit village côtier mexicain, un bateau rentre du port, ramenant plusieurs thons. Sur le bord de la jetée, un américain, venu en touriste, complimente le pêcheur sur la qualité de sa pêche et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer .

- Pas très longtemps, répond Paolo, le pêcheur mexicain.

- Mais alors, pourquoi n'êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour attraper plus de poissons ? demande l'américain.

Paolo répond que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de sa famille. L'américain demande alors :

- Mais que faites vous du reste de votre temps ?

- Je fais la grasse matinée. Je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir, je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et jouons de la guitare. J'ai une vie bien remplie.

L'américain, surpris, lui coupe la parole :

- J'ai un MBA de l'Université de Havard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourrez acheter un plus gros bateau. Avec l'argent que vous rapportera ce bateau, vous pourrez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu'à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourrez négocier directement avec l'usine, et même ouvrir votre propre entreprise. Vous pourrez alors quitter votre petit village pour Mexico, Los Angelès et peut être même New York. D'une de ces villes prestigieuses, vous dirigerez toutes vos affaires.

- Combien de temps cela prendrait-il ? demande, perplexe, Paolo.

-15 à 20 ans, répond,sur un ton convaincu, l'américain.

- Et après ? questionne Paolo

- Après, c'est là que cela devient trés intéressant. Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions.

- Des millions mais après, qu'est ce que j'en fais ? demande Paolo.

- Après, c'est le grand bonheur. Vous pouvez prendre votre retraite. Vous habitez un petit village côtier, vous faites la grasse matinée, vous jouez avec vos petits enfants. Vous pêchez un peu et vous faites la sieste avec votre femme. Le soir, vous allez au village pour retrouver vos amis, boire du vin et jouer de la guitare.

Tout çà pour çà ? Ce bonheur vu à travers ce conte mexicain peut aussi se relire avec la pyramide de Jacques Lecomte, professeur de psychologie positive (1). Sa pyramide du sens ou encore du bonheur est équilibrée par trois facettes issues d'enquêtes et de synthèse.

- la facette des relations humaines ou dimension affective et relationnelle : nos liens d'amitié, nos relations de famille, l'amour. Pour notre pêcheur mexicain, Paolo, c'est très clair tous les jours : la sieste avec sa femme, le jeu aves ses enfants et ses soirées au rythme de la guitare avec ses amis.

- la facette des croyances et valeurs ou la dimension cognitive. Tout se qui nous questionne, nous fait fabriquer du sens dans nos vie à partir de nos croyances et convictions qu'elles soient humaines, philosophiques, politiques ou religieuses. Paolo croit à l'importance du temps dégagé pour ses proches, sa femme, ses enfants, et ses amis. Son activité économique est uniquement là pour permettre de vivre cette vie sans autre projet de changement. Il incarne le bonheur de l'instant, du carpe diem ( " profitez du présent"), sans se poser de question, d'angoisse sur son avenir. Certainement une force de vie et une différence sensible avec nos modes de vie actuels qui nous mettent souvent une pression pour s'assurer un avenir qui n'est pas construit d'avance.

- la facette de l'action, de l'engagement ou la dimension comportementale. Dans quoi finalement j'engage mes actions, dans le professionnel, une activité de loisir, le champ artistique, sportif, le bénévolat associatif, l'humanitaire, ...? Paolo, lui a choisit de s'engager dans la pêche côtière comme beaucoup de ses voisins pêcheurs. La proposition de l'américain de changer de cap et de dimension économique le laisse finalement sur sa faim.

Il nous interroge finalement sur les bénéfices directes et immédiats que nous retirons de nos engagements. Nous engageons nous en espérant un profit à plus ou moins long terme ou bien nous engageons nous parce que cette action, cette participation à telle cause, telle association, telle entreprise nous donne déjà de la satisfaction, de l'enthousiasme, peut être même de la passion ?

La vision de l'américain n'est pas pour autant à rejeter. Elle est très décalée par rapport à notre pêcheur mexicain qui a trouvé son bonheur sur place. Elle a le mérite de questionner sur sa vision du futur. Est ce que je veux rester pêcheur mexicain parce que j'en suis heureux ou bien est ce quelque chose au fond de moi me taraute et m'invite à aller au large ?

Nous sommes bien souvent tiraillés dans ce jeu d'équilibre entre goûter un bonheur "à la mexicaine" dans le présent et une recherche d'un futur  à travers des projets stimulants ou , du moins, visant à satisfaire nos besoins vitaux. 

 

(1) voir sur ce blog article Jacques Lecomte, un opti-réaliste (interview)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans petites histoires
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".