Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 10:54

Je n'aime pas connaitre l'échec, j'évite de vivre des émotions douloureuses, j'ai tendance à les renier que ce soit la colère ou la tristesse,  j'ai un peu de mal avec la réussite car il me faut toujours faire mieux qu'avant. Enfin, je me sens dans un monde qui ne correspond pas à ma vision idéalisée et ce constat me crispe, me tend et moi- même, je ne suis pas celui que je voudrais être. Qui suis-je ? tour-dubai.jpg

C'est, vous l'avez peut être décodé en une fraction de seconde, quelques traits caractéristiques du perfectionniste. Tal Ben-Shahar, le professeur du bonheur de l'université d'Harvard (1) nous propose un beau parcours à travers son ouvrage " l'apprentissage de l'imperfection" (2) . Avec son sens pédagogique , il invite à des pauses régulières dans la lecture du style : "vous reconnaissez vous dans certains traits de caractère associés au perfectionnisme ? Quels retentissements ont-ils sur ce que vous vivez ?" Les traits cités étant : la recherche d'un parcours en ligne droite, la peur de l'échec, la concentration dominante sur la destination, la cible plutôt que sur le chemin, un angle d'opinion branché "tout ou rien", une attitude défensive, une attitude tatillonne, une rigidité, voire une attitude statique. La bonne nouvelle se situe dans la deuxième partie de l'ouvrage répondant à la question éternelle : comment sortir de la prison du perfectionnisme ?

 Tal invite les perfectionnistes du monde entier à ouvrir trois portes, trois passages : l'acceptation de l'échec, l'accueil de toutes les émotions y compris désagréables et en définitive, l'accueil de la vie ici et maintenant dans le présent. Concernant l'accueil de l'échec, lui même a été champion national de squash dans son pays d'origine, Israêl et a eu le désir fort de devenir champion du monde. Déterminé à le devenir, il est parti en Angleterre pour "coller" aux entraînements du champion du monde de l'époque. Dans un premier temps, au contact de son idole, il progresse. Mais, il y a un mais, il est conduit à un entraînement de plus en plus intensif : les blessures arrivent, bénignes puis plus graves.Et un jour, sur le point de gagner un grand tournoi en final, il est pris de crampe au pied et au bras. Alerté par son médecin et perclu de douleurs, il dut renoncer à son rêve de devenir champion du monde.

Est ce que cette histoire vous parle ?

L'acceptation de l'échec, c'est reconnaitre ses limites physiques, intellectuelles, ou encore émotionnelles  et , comme les formateurs en programmation neurolinguistique le disent avec humour, l'échec est un retour d'information sur soi qui n'est pas synonyme de culpabilité. Ce chemin de l'acceptation conduit à l'analyse de ce que l'on appelle " échec", dans la perspective d'en tirer des enseignements sur soi et sur son futur. Le perfectionniste risque de ruminer de manière obsessionnelle autour de la question " Bon sang, qu'est ce que j'ai loupé pour ne pas réussir ?" Et vous remarquerez que la forme de cette question n'a pas grand chose à voir avec celle ci : " Si demain, je me retrouve devant la même situation et le même contexte , qu'est ce que je pourrais expérimenter de différent ?".

Deuxième porte, accueillir ses émotions. Nous retrouvons toute la saveur de la culture de l'intelligence émotionnelle, l'intelligence du coeur. Parfois des perfectionnistes ont dressé un mur intérieur entre leur raison, leur cerveau et leurs émotions. Surtour penser, analyser, extrapoler, cogiter, mais  ne pas aller "sentir cette sensibilité " qui remue au fond de moi. " Qui ne sait pas pleurer de tout son coeur ne sait pas rire non plus". Il ne s'agit pas de ressasser sa colère contre soi suite à un échec mais de ménager un canal en soi pour accueillir cette émotion sans se laisser nécessairement déborder. " Ok, j'ai l'impression d'avoir perdu du temps,  louper un projet, égarer un dossier important,  mis à mal une relation, cet ami...j'en suis tout bouleversé, triste, défait. J'accuse réception en moi sans flagellation. Je respire pour laisser passer ses émotions, j'accueille cette vie qui passe. C'est comme si l'émotion sortait du coeur, de notre moi profond pour glisser au dehors. Je me remets debout et maintenant que j'ai  " nettoyé " mon sac émotionnel, je peux reprendre le chemin. Or, contrairement à la vision de beaucoup de perfectionnistes ou idéalistes, le chemin de notre vie n'est pas comparable à une ligne droite qui monte vers un 7ème ciel : j'ai vécu une enfance difficile, je vais vivre une adolescence plus heureuse et je vais m'éclater à l'âge adulte libéré de tout. Le chemin de chacun, y compris des "people" , est souvent sinueux, parfois dans le brouillard, creusé ici et là, avec des creux, des rétrécissements, des intersections, des ronces qui obligent à trouver un passage...Tal Ben-Shahar revient sur la force de la gratitude comme ingrédient de l'acceptation du réel. Ainsi, la lettre de gratitude envoyée à une personne à qui l'on est particulièrement reconnaissant est un acte d'altruisme non seulement bénéfique pour le destinataire mais aussi pour l'auteur, et ceci est démontré par des travaux en psychologie positive.

Parmi les pistes multipes proposées par Tal Ben-Shahar, j'ai relevé le PRP, non pas le Perfectionniste Redoutable et Parfait mais le schéma : Permission-Reconstruction- Perspective. Application. Cette semaine, j'avais une journée importante de formation à Paris. Mon train arrivant de Montpellier en gare de Lyon à Paris vers 9h 20, le lieu de formation était prévue avenue Georges V à 9h 30. Je convenais déjà que j'arriverais à priori vers 9h 45 sachant que le quart d'heure national de retard me serait favorable. Mais le plan cogité la veille ne donna pas le résultat attendu. D'abord, mon ticket de métro refusa de m'ouvrir le passage automatique et je dus faire une longue queue pour redemander des tickets valides. Puis, pensant gagner du temps en prenant le RER parisien, je dus en premier lieu attendre son départ et comble du comble, contrairement à ce que j'avais anticipé, il s'arrêta à toutes les petites stations. Enfin, j'arrivais au pont de l'Alma et partit dans le mauvais sens pour ensuite retraverser la Seine. Résumé : je suis arrivé après les 10 coups de 10 heures. Permission : je me relâche durant toutes ses contrariétés remettant en cause le plan de la veille, et j'accueille l'humain en moi, je me donne la permission d'être humain, là avec mon retard prévu. Certes, je suis contrarié, je risque de manquer le début de l'intervention très attendue d'un spécialiste des neurosciences. Reconstruction : après tout, c'est un bel exercice d'orientation dans Paris et le petit pas de course me prépare pour...la course que je ferai Dimanche. Vous l'avez compris, il s'agit de passer d'une vision négative du vécu à une vision positive.Reconstruire,c'est aussi, de manière cognitive, se formuler à soi-même un recadrage positif. Et alors, s'ouvre la Perspective : dans cette semaine, ce jour, cette 1/2 heure de retard a t'elle vraiment un poids lourd de conséquences ? Ma vie est-elle en jeu ? Oui, si je cours sans regarder en traversant une rue animée de Paris ! Alors, stop, je reprend la marche pour arriver au lieu de formation. J'ouvre la porte : le groupe est certes installé et je comprends instantanément que le conférencier renommé va tout juste commencer ! Je n'ai rien perdu !! 

Plus généralement, le perfectionniste voit de la contrariété partout dès que le plan prévu dans sa tête n'est pas respecté au millimètre près. Avec un entraînement de type PRP, il apprend patiemment à devenir bienveillant, indulgent avec lui-même avec un double effet : un relâchement de sa tension physique et nerveuse et, de manière contagieuse, une plus grande tolérance dans le regard sur les comportements de ces autres "imparfaits" autour de lui.

" Je m'appelle Tal et je suis un perfectionniste. La nécessité d'accepter  que ce perfectionnisme ferait toujours partie de ma vie a représenté pour moi une véritable libération." Et oui, prudemment , seulement à la fin de son ouvrage, Tal dévoile que c'est un vrai perfectionniste qui a écrit et montre ainsi le combat mené avec lui-même...jusqu' à devenir professeur de psychologie positive à Harvard.

Je m'appelle Michel et je reconnais, au fond de moi, une part de perfectionnisme. J'apprends à vivre avec, avec patience, humour et relativité. Et j'espère que cet article est imparfait, à relativiser, à nuancer, bref qu'il admet toute critique. Alors, bonne nouvelle pour vous lecteurs "perfectionnistes", lâchez vous et libérez votre créativité pour réagir .

 

(1) voir article sur ce blog : le rituel, une stratégie pour changer.

(2) " l'apprentissage de l'imperfection", TAL BEN-SHAHAR; collection Belfond.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans livres ressources
commenter cet article

commentaires

Ways to Eat Healthy at Disney 14/10/2014 12:05

I have heard a lot about Tal Ben-Shahar. Most of my cousins have been to Harvard University. They have all given excellent feedbacks about Mr. Tal Ben-Shahar. He is known for his unique method of teaching. So, glad to about him again.

Christophe 17/02/2013 12:03

Merci pour la présentation de ce livre: synthétique et claire. J'ai noté les références et vais m'acheter l'ouvrage. Dommage que vous n'ayez pas parlé de la 3e porte. Votre présentation des deux
premières donnent envie d'en savoir plus concernant la troisième. En tout cas merci encore, vous m'avez aidé.
Un perfectionniste

Cécile Neuville Psychologie Positive 08/10/2011 09:03


Tal Ben Shahar est effectivement une référence en psychologie positive ! Entre son livre "Lapprentissage de l'imperfection" et son autre livre incontournable "L'apprentissage du bonheur", il a
permis d'ouvrir un accès à la psychologie positive pour tous ! Merci à lui ! :)


Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".