Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 07:12

" Nos rêves semblent vrais tant qu'on est dedans. C'est au réveil qu'on s'aperçoit qu'ils étaient étranges"

 

 

Inception.jpg

explique Dom Cobb ( Léonardo Dicaprio) à sa nouvelle et jeune collaboratrice Ariane ( Helen Page). Dom Cobb est un voleur d'un nouveau genre : il s'infiltre dans le subconscient de ses victimes par le rêve pour leur dérober des idées et des secrets...fort utiles dans le monde de l'espionnage industriel. Sa dernière mission présente un enjeu encore plus gros : infiltrer une idée dans le subconscient d'un homme d'affaire...et pour ce faire, ni plus ni moins descendre dans les rêves avec son équipe pour atteindre les profondeurs de cet homme et de ses rêves. Ouf, je m'arrête là pour ne pas complexifier le propos pour les lecteurs qui n'auraient pas vu le thriller de Christopher Nolan sorti au cinéma cet été , d'un genre à vous balloter comme un yo-yo entre le réel, la fiction et le rêve.

 

La piste que j'ai le désir de prendre dans l'envolée de ce film hors norme, c'est la puissance du rêve dans nos vies. Qui n'a jamais rêvé un scénario pour sa vie surtout à l'adolescence, époque très privilégiée où l'univers s'ouvre au homard (1) et qui n'a jamais tenté de transformer un rêve en réalité ?

Rêver à l'âge adulte d'une autre vie, d'un autre destin " Ah, si c'était à refaire, je n'aurais pas choisi ce type de formation, de métier, de lieu de vie..." et notre nostalgie nous ramène à l'âge insoucient de l'enfance où tous les rêves semblent permis. Danger peut être aussi de vivre constamment l'insatisfaction de l'écart entre sa vie, le réel et le rêvé qui ne reste plus qu'un vieux fantasme ramené de tant en tant du grenier à une discussion entre amis.

Ne plus rêver à l'âge adulte et considérer que la vie est dure, la vie est un combat que le contexte économique, social, éthique nous  rappelle tous les jours  n'est pas forcément une alternative séduisante. Le risque est alors de s'enfermer dans une vie immédiate sans perspective, résignée, assumée certes mais sans feu d'artifice.

Quelle  porte ouvrir pour éviter ces deux tentations de nos diablotins internes, rester acroché à nos rêves d'adolescents ou résignés dans un monde adulte sans voir de perspective ?

La voie est étroite certes, elle existe. Un peu comme le héros Coob dans INCEPTION, il s'agit de descendre à divers strates de son monde intérieur.

 

Première strate : je vis ma vie d'homme incarné dans le réel et cherchant à accepter, à accueillir ce réel avec tout ce qu'il comporte : événements heureux, surprenants, déstabilisants, avec ses épreuves et ses moments de joie...Carl Rogers (2) nous invite d'ailleurs à aller vers l'accueil inconditionnel de l'autre tel qu'il est et qui passe aussi d'abord par son propre accueil . Aujourd'hui est ce que je suis ok pour accueillir tous mes états d'âme quels qu'ils soient : élan de vie , tristesse, colère, ennui, angoisse, contentement, soulagement....

 

Deuxième strate : je veille à préserver dans mon moi intérieur, mon coeur profond, un rêve, a dream diraient nos amis américains, que j'ai préservé comme une perle précieuse dans un écrin. Ce rêve n'est pas à l'envers de ma vie d'aujourd'hui dans ce quartier, ce village, avec ses collègues de travail, ses amis , ce réseau : ce rêve, il est là au coeur.

 

Ce rêve  mérite d'être requestionné régulièrement dans sa vie et deux questions peuvent aider à son émergence à notre conscience : 

Avant de mourir, quelle expérience je souhaite vivre par dessus tout et que je n'ai pas encore vécu ?

Dans mon présent, qu'est ce qui me donne de la créativité, de l'imagination et stimule tout mon potentiel ?

Et puis, subtilement, je rajouterai bien une troisième question :

est ce que ce serait grave pour moi si je mourrais sans avoir vécu mon rêve ?

Dans les années 60, aux Etats Unis, un homme a fait un grand rêve, éveillé devant une grande foule, et il a été assassiné ...mais son rêve s'est bien réalisé ! Martin Luther King a rêvé d'une amérique dans laquelles blancs et noirs pourraient vraiment cohabiter dans un cadre de loi d'égalité concernant les droits du citoyen.

Rêvons, rêvons encore et osons exprimer nos rêves individuels et collectifs....la réalité se construit aussi à partir des femmes et des hommes qui ont rêvé : inventeurs de génie, hommes politiques visionnaires, ou encore des êtres engagés qui ont choisi de tout donner à une cause improbable à leur époque et qui se poursuit sans eux depuis des années et parfois des siècles ...

 

(1) métaphore utilisée par la psychanalyste Françoise Dolto pour exprimer que l'adolescent est mou ( fragile) à l'intérieur comme un homard et dur à l'extérieur pour se protéger comme la carapace du homard.

 

(2) Carl Rogers, psychologue des années 60 , est le pionnier de l'approche dite centrée sur la personne intégrant notamment le concept d'empathie et d'accueil inconditionnel de la personne.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans films
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".