Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 07:53

L'empathie, une valeur qui remonte par temps de crise

" Il ne m'est pas sympathique mais j'ai de l'empathie pour lui" ou encore " ah, si elle avait un minimum d'empathie pour ses employés...".
 L'empathie, terme longtemps réservé à la psychologie est en passe de devenir un mot du langage courant au sein des milieux professionnels. Et pourtant, ce concept révélé notamment par le psychologue américain Carl Rogers, a un sens très spécifique que la psychologie positive tente de réactualiser.
Osons une investigation pour mettre du sens sur ce terme.
Ethymologiquement, empathie vient du grec "empatia"  ( même racine que pathos, la souffrance qui donne le terme pathologie) qui signifie " souffrir avec ". Au sens littéral, être en empathie avec une personne vaudrait dire " souffrir avec elle" ou encore éprouver les sentiments qu'elle vit en même temps qu'elle. Et quand Carl Rogers, le père de la thérapie centrée sur la personne, définit l'empathie, il précise qu' "elle consiste à percevoir le cadre de référence interne d'une personne avec précision et avec ses composantes et significations émotionnelles de façon à les ressentir comme si l'on était cette personne, mais cependant sans jamais oublier le "comme si"."
Plus globalement, Carl Rogers dans les années 60-70, avait considéré qu'il y a au moins trois conditions pour permette le changement du patient dans la posture du thérapeute : la congruence ( dire ce que l'on pense et être cohérent entre pensée, parole et acte), l'accueil inconditionnel de la personne et ...l'empathie.
Plus tard, un de ses disciples, Marshall Rosenberg, également psychologue américain et fondateur notamment du processus de communication non violente, reprendra le concept d'empathie de manière imagée avec la girage. En effet, cet animal haut sur patte, peut voir loin, prendre du recul et en même temps, dispose d'un coeur puissant pour irriguer le cerveau en haut du cou. Utiliser le langage de la girage, c'est utiliser le langage du coeur, des émotions et avoir des oreilles girafe qui entendent les besoins de l'autre derrière un ton, une attitude, des mots qui peuvent même agresser.

girafe

" Quand tu me dis " vraiment , je n'y arriverai pas", est ce que tu te sens découragé devant la tâche et que tu aurais besoin de soutien ?". Voici un exemple d'utilisation du langage girafe qui tente de reformuler l'hypothèse d'un sentiment et de besoin insatisfait face à la formule jetée avec un ton désabusé " Vraiment, je n'y arriverai pas".


Plus récemment, les neurosciences ont confirmé la pertinence du concept d'empathie. La découverte de neurones-miroirs ( Rizolatti et Sinagaglia, 2008) qui permettent  à un individu en percevant les mouvements d'autrui d'activer une activité cérébrale analogue à celle qu'il aurait s'il effectuait lui-même ses mouvements. C'est donc bien notre système nerveux qui nous permet d'entrer en résonance avec les autres, y compris en l'absence de parole, et d'abord par la perception du non verbal.
Dans ce domaine, est confirmée la thèse de la programmation neurolinguistique ou PNL de Bandler et Grinder, ses deux fondateurs, qui (à travers ses nombreux outils et applications en communication) ont mis en évidence le phénomène de synchronisation entre deux personnes qui se parlent dans un climat positif. Ainsi, si l'un prend un stylo dans sa main, l'autre pourra être tenté inconsciemment de prendre un objet par mimétisme comportemental.
Cette dimension est largement utilisée aujourd'hui par les professionnels de la relation qu'elle soit d'ordre thérapeutique, de conseil ou encore de coaching. Pour être en connexion avec son patient ou son client, l'intervenant est vigilant pour aligner une posture synchronisée sans tomber ni dans la singerie, ni dans le mécanique. Cette posture pourra être physique mais pourra également prendre de la " tonalité et du rythme" de parole de son interlocuteur. En effet, des travaux récents ont montré aussi que l'empathie passe d'abord par une inter action du non verbal ( expression du visage, gestes et attitude corporelle) avant même les mots.
Le professeur Mehrabian de l'Université de Californie, à travers des recherches, a mis en avant trois facteurs d'influence dans la communication : le contenu, le ton de la voix et le non verbal. Devinez lequel  s'est révélé avoir le plus d'impact sur son interlocuteur ?

Podium : numéro 1, le non verbal ( expression du visage, gestes, posture) : 55%

numéro 2 : le ton de la voix : 38 %

et seulement en troisième position, le contenu, les mots : seulement 7 %.

Pause lecture :
Pensez à une rencontre récente, qu'est ce qui s'est passé en vous en terme d'état intérieur avant  que la personne n'ouvre la bouche et  ne parle ?
Qu'est ce qui, selon vous, a induit votre état intérieur ?

Reprise lecture

Un sourire avenant, un regard direct mais sans inquisition,  des gestes de mains d'ouverture...sont des signes qui favorisent par mimétisme l'ouverture de l'autre. Par symétrie inversée, un visage tendu, crispé, fermé ou la tête baissé n'encouragent pas à première vue la communication. Sans qu'un mot ait été encore prononcé.
2 girafesEnfin, l'empathie, au delà d'une technique, d'une oreille experte, d'un modèle d'influence dans la communication, est avant tout résultante d'un désir . Ai je le désir avec lui ou elle , de l'écouter vraiment et d'ouvrir mes oreilles " girafe" sans chercher à conseiller, sans chercher à juger, sans chercher à montrer que je sais écouter ? Ai je suffisamment de distance aussi pour ne pas être englouti par la charge émotionnnelle de mon interlocuteur qui me parle de son drame familial, conjugal, ou social ?

L'empathie, dans nos sociétés à nombrilisme avancé, est peut être un remède salutaire et un chemin qui nous invite à vivre plus en proximité, en lien, en connexion de coeur et  à utiliser d'abord nos oreilles avant notre langue comme le suggère avec humour cette citation :

" Si nous avons deux oreilles et une seule langue,
c'est pour, au moins, deux fois plus écouter que parler."



Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans hors catégorie
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".