Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:36

Tout juste libérée après 7 années passées dans une prison mexicaine, elle apparait souriante devant les médias qui se pressent pour découvrir une jeune femme de 38 ans à priori victime d'une manipulation du pouvoir politique mexicain la faisant passer comme complice d'un kipnappeur, son ex compagnon mexicain. Ce qui frappe en écoutant Florence Cassez dans ses premières prises de paroles publiques en France, c'est cette impression d'incroyable fraîcheur, presque un sourire sur les lèvres et une physionomie d'une jeune femme qui fait très jeune. La question qui se pose alors : comment as t'elle pu tenir le coup pendant 7 années de séparation avec sa famille, avec des appels rejetés par la justice mexicaine, avec la peur au ventre, le stress tous les jours ? florence-cassez.jpg

En décryptant ses premiers témoignages, et à l'appui de la psychologie positive, plusieurs stratégies utilisées par Florence Cassez semblent lui avoir permis de résister à l'angoisse, la tentation d'en finir ou encore la dépression.

D'abord, cette stratégie mentale de s'attendre à chaque décision de justice sur appel aux deux options : libération ou maintien en prison. Effectivement, le comité de soutien, la vigilance indéfectible de ses parents engagés dans le combat avec son avocat sont des alliés de poids pour rompre cette solitude de l'incarcération. Mais cela n'est pas suffisant. Au moins trois autres stratégies ont été mises en place par Florence Cassez :

- rester digne comme elle le dit elle-même en restant bien habillée, en prenant soin d'elle.

- une activité qui la décentre au quotidien de son mental : elle a entrepris un atelier de bijoux

- elle raconte qu'elle s'est préparée depuis longtemps au moment d'être libérée, qu'elle a donc anticipé ce moment. Elle n'exprime pas de haine spécifique contre ses "bourreaux mexicains" et désire vivre sa vie sans chercher à gémir sur ses 7 années "perdues".

En définitive, elle nous offre l'image de l'optimisme dans tout son développement . Martin Seligman, pionnier de la psychologie positive aux Etats Unis, a étudié pendant près d'un quart de siècle les personnes à dominante optimiste. Il a constaté qu'elles endurent les mêmes épreuves de la vie que les autres mais avec une grande différence de comportement.

Les optimistes considèrent l’échec comme un revers provisoire. Ils ne se laissent pas démonter par l’échec et considèrent toute situation difficile comme une sorte de défi à relever ou au moins une stimulation à se surpasser.

Et au fond, l'optimiste croit qu'il trouvera toujours une solution, une sortie y compris dans les situations désespérées. Florence Cassez, avec un humour préservé , nous fait une démonstration vivante que l'optimisme est une force de résistance face à la peur, l'incertitude et le désespoir. Décidément les Florence sont surprenantes. Rappelez vous une certaine Florence Aubenas, journalisté enlevée en Irak en 2005 puis libérée après une incarcération dans une geôle étroite et sans lumière. Je vois encore son sourire  rayonnant au moment de sa libération et de son premier message sur le sol d'un aéroport français.

Etre optimiste, comme l'exprimait déjà avec un humour tout britannique Winston Churchill, premier ministre pendant la deuxième guerre mondiale, c'est voir dans toute difficulté, une opportunité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans témoignages
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".