Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 22:10

Installé dans un train TGV roulant à pleine vitesse dans la nuit et qui m'emporte de Montpellier vers Paris , mon voisin dort et récupère de sa nuit, que faire ?

Lire "mettre en pratique le pouvoir de l'instant présent" d'Eckart Tollé , ouvrir l'ordinateur et avancer un travail, ou me rendre à la voiture bar pour me délasser le corps en marchant ?

Non, je fais un autre choix : je glisse le cd audio " l'art du bonheur dans un monde incertain" dans mon ordinateur portable, je coince les oreillettes blanches dans mes oreilles même si les propos entendus auraient sans doute profité positivement à tous les passagers de la rame et j'écoute.

Emporté à plus de 200 km/h dans un jour en train de se lever, je garde mes oreilles attentives à un message étDALai-LAMA.jpgonnant d'un homme dont le rayonnement est devenu universel : sa sainteté le Dalaï-Lama. 

Dès le premier chapître, il place le bonheur dans la relation entre soi et la communauté. Mais quelle communauté ? En effet, il observe que notre monde occidental s'est très vite individualisé, les voisins de palier en ville ne se connaissent plus forcément et une enquête aux Etats Unis, à quelques annnées d'intervalle, montrait qu 'en moyenne un américain avait trois amis proches il y a quelques années et qu'aujourd'hui, la moyenne est descendue à deux. Aussi, avec douceur, le Dalaï-Lama nous pose la question : " A quelle communauté nous sentons nous vraiment reliés ?" A celle de notre quartier, de notre paroisse, de notre travail, de notre association, ou encore celle plus virtuelle d'un réseau social sur internet ? Selon lui, l'homme occidental souffre d'un manque de sentiment d'appartenance, à l'opposé du peuple tibétain malgré l'occupation chinoise. Notre bonheur, reprend-il, dépend de cette relation entre le "je" et le "nous".  Et effectivement, en faisant un pont avec la pyramide de Robert Dilts, expert en programmation neurolinguistique, celui-ci place , en haut de celle ci, l'appartenance à un groupe qui peut aussi donner sens à sa vie. Observons que les personnes très engagées dans un combat social, humanitaire, pour la justice sont généralement reliées à un groupe existant ou encore un groupe qui s'est constitué sous l'influence de leur charisme.

Le bonheur vu avec le sourire malicieux et la sagesse du Dalaï-Lama, devenu dès 15 ans chef de l'Etat du Tibet, ne s'écrit pas seul comme pourraient le laisser croire certaines approches du développement personnel. Pour le cultiver, il s'agit d'abord de s'interroger sur notre lien à la communauté, notre forme de lien social. Trois petites questions pour faire un petit pas vers ce bonheur local  :

- Suis je en bon terme, relié avec mon et mes voisins de quartier, de village ?

- Suis je prêt à coopérer à cette communauté locale ?

- Sinon, qu'est ce qui m'en empêche vraiment ?

Enfin, il est frappant de constater qu'en matière de terminologie, le terme "communauté" renvoie ou bien à des communautés religieuses, ou bien à des collectiviés territoriales qui sont constituées en communauté de communes et d'agglomération dans les grandes villes.

Et en écho avec les mouvements solidaires autour du développement durable, le slogan "moins de bien, plus de lien" prend tout son sens. Et je construit un dernier pont : " Plus de lien, plus de sentiment d'appartenance et plus de raison d'exister vraiment".

A vous maintenant, quel sera votre pont ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans témoignages
commenter cet article

commentaires

click this link 16/09/2014 13:16

The Dalai Lama vision of happiness is worthy to read. His entire concept and the visualization of the world in from the different angle are really interesting. What he speaks is all about the concepts if “I and the we”. This creates the differences in the world and this attitude is to be taken care of.

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".