Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 06:02

Il est 2h 20 ce 15 avril 1912 au sud-est de Terre Neuve et la température de l'océan est de -2 degrés

Au milieu de l'océan atlantique, un paquebot parti de Southampton en Angleterre, après une étape à Cherbourg en France, se dirige vers New York. C'est le plus grand et prestigieux navire du monde. Près de 270 mètres de long, doté de 10 ponts, de 29 chaudières pour atteindre des vitesses de 23 noeuds ( 42km/h), il offre une capacité d'accueil de plus de 2400 passagers. A 2H 20 du matin, après avoir heurté un iceberg à 23h 40, ce navire réputé insubmersible se coupe en deux et coule au fond de l'océan. Près de 1500 personnes, membres d'équipage et passagers vont y laisser leur vie. Titanic-2-gratuit-film-streaming.jpg

Cent ans  après, ce drame humain et maritime continue d'attiser les passions et les spéculations. Le film " TITANIC" aux 11 oscars du canadien James Cameroun réalisé en 1997 avec Léonardo Di Caprio dans le rôle de Jack, un artiste voulant faire fortune outre atlantique et de Kate Winslet, dans le rôle de Rose, une jeune fille de la bonne société anglaise l'a immortalisé à l'échelle mondiale.

En recoupant les divers témoignages et l'enquête, nul doute sur le fait que ce drame aurait pu être évité. Regardons le avec la focale des croyances .

Des constats de départ. La société White Star Line et son ingénieur ont considéré que ce navire était insubmersible. Aussi, il n'y avait que 20 canots de sauvetage pour une capacité de 1189 places , donc inférieure au nombre total de personnes embarquées comprenant les membres d'équipage ( 880 environ) et les passagers (1317 pour cette première...et dernière traversée ), soit plus de 2000 personnes. La réglementation imposera, après ce drame, un nombre d'embarcations suffisant par rapport aux personnes embarquées. Cette croyance de l'insubmersibilité du navire semble, à priori, d'après les témoignages des rescapés, être aussi une raison qui n'a pas affolé certains passagers peu pressés de prendre place sur des canots : les premiers mis à la mer étaient à moitié remplis ! En amont du heurt de l'iceberg, il est à noter que des navires voisins avaient signaler par radio au titanic ce risque d'iceberg dérivant plus au sud que d'habitude... risque qui n'a pas été analysé par le commandant, Edward Smith pourtant expérimenté. La vitesse du navire n'est pas réduite avec l'idée, l'orgueil d'arriver avec un temps record à la destination finale de New York. Comble de "mauvaise coincidence", le vigile chargé de surveiller la mer n'a pas retrouvé les jumelles et personne ne s'est soucié de ce détail. Quand l'iceberg est décelé à l'horizon dans la nuit, il est à moins de 500 mètres et malgré une manoeuvre désespérée pour l'éviter, le Titanic va le heurter sur le flanc et va prendre l'eau. Moins de 3 heures après le choc, le navire coule. L'appel de détresse du titanic ne sera émis qu' à 0h 15 du matin, plus d'une 1/2 heure après le choc de l'iceberg...comme si on avait cru encore sauver le navire. Globalement la croyance d'insubmersibilité, " Ce navire ne pourra jamais couler vu la rigueur de sa construction, ses pièces étanches..." a été contagieuse et a provoqué une perte de vigilance collective du commandant, en passant par l'officier de vigile ( sans jumelles) ...jusqu'aux passagers, certains jouant tranquillement au bridge, ayant entendu une légère secousse. Reste, dans ce drame collectif, l'incroyable conscience surprenante de l'orchestre  et de son chef qui joua jusqu'au bout pour soutenir, dit-on, le moral des passagers !

Finalement , à peine plus de 700 personnes seront sauvés et recueillis par le carpathia averti par le message de détresse radio du Titanic.

Et si la croyance de départ avait été " premier navire de cette taille, donc vigilance renforçée sur la sécurité avec des consignes adaptées" , l'humilité clairvoyante aurait été préférable à l'orgueil de toute puissance. 1500 personnes auraient été épargnées par la conséquence dramatique d'une croyance naive et collective jamais contredite. Et si nous refaissions l'histoire du Titanic minute par minute sur ces 4 jours uniques  de voyage, qui aurait pu prévoir le drame et l'anticiper ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans témoignages
commenter cet article

commentaires

Michel, auteur du blog 26/12/2016 19:01

Merci de ce complément d'enquête et qui invite toujours à regarder l'humilité au prestige qui peut conduire au pire...

Falculelle 26/12/2016 18:18

Bonjour,

Un article très intéressant sur le drame du Titanic, qui, je le pense aussi, aurait pu être évité. Je considère (même si je n'y étais pas) que cette catastrophe est due à une succession d'erreurs humaines, à commencer par une augmentation de la vitesse alors que le navire traversait une zone de glaces. Cela était la dernière des choses à faire: il aurait bien évidemment fallu aller au moins 2 fois moins vite!!!!
Et si le navire avait dû être abîmé (mais beaucoup moins violemment par conséquent si la vitesse avait été réduite), couper les moteurs, attendre l'arrivée d'un autre bateau pour secourir les passagers qui auraient en théorie tous survécu.

C'est bien cela le pire: allumer toutes les chaudières alors que les moteurs n'étaient pas rodés, dans la mesure où c'était la toute première traversée!!

C'était bel et bien la course au prestige, le fait de vouloir défier la Nature et ses lois. De nombreuses interprétations ont vu le jour après ce drame, par exemple du point de vue religieux.

Et ces canots à moitié vides alors que des centaines de personnes criaient pour être secourues.

Monstrueux.

Un ouvrage très intéressant de l'historien Philippe Masson complète très bien votre article d'ailleurs.

Cordialement

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".