Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 23:07

Deux embarcations légères s'avançent l'une en face de l'autre, avec à bord 8 rameurs à l'allure engagée. Un homme, tout de blanc vêtu, se tient debout derrière chacune des embarcations. Il s'agit du jouteur, celui qui porte  une lance de près de 3 mètres de long et un bouclier appelé bavois. Nous sommes dans le port de Mèze au bord de l'étang de Thau en plein été sous un beau soleil méditterranéen. Sport pratiqué depuis le XVIIème siècle sur la côte du Languedoc, les joutes nautiques sont porteuses de rituels qui ont franchi le cap des siècles.

Le jouteur est règlementairement habillé tout de blanc des pieds jusqu'à la chemise. Avant de combattre, les deux jouteurs font un premier passage et se serrent la main puis avant que les embarcations ne se lancent pour l'affrontement, chaque jouteur lève haut sa lance pour signifier qu'il est prêt. Ainsi, si l'harponnage est vif et met à l'eau un, voire parfois les deux proganistes, nul signe de violence, nul signe d'agressivité non contrôlée pendant le déroulement de cette épreuve suivie par des spectateurs assidus .100_2321.jpg

Autre rituel vieux comme le monde, la poignée de main viendrait du fait que, historiquement, cela témoignait que l'on n'avait pas d'arme cachée( poignard par exemple)  sous la manche et que l'on signifiait vouloir établir un rapport de confiance. Aujourd'hui, le rituel s'est mondialisé et chacun le vit de manière sans doute moins suspicieuse.

Les rites de passage de la vie adolescente à la vie adulte semblent marquer le pas en Occident. Le service national, obligatoire pour les hommes jusqu'en 1996, était considéré par beaucoup comme le passage pour un garçon de l'adolescence à l'âge adulte avec la vieille formule " Après ton service, tu seras un homme". Cela peut prêter à sourire mais le constat aujourd'hui marqué par une génération "tanguy" (1) semble indiquer que l'absence de rituel n'aide pas forcément la maturation de l'adolescent vers l'adulte. Peut on considérer l'entrée dans la vie active comme un rituel ? Oui, si effectivement, il y a un moment formalisé, j'oserais dire une "cérémonie officielle" pour signifier ce changement. Or, je ne connais pas d'entreprise proposant ce type de rituel, même si l'année de stage, ou d'alternance peut revêtir le signe du passage.

Dans le monde professionnel et dans les formations au management, il est souvent souligné l'importance pour un manager de prendre en considération les rites de la "boutique" : pause café, anniversaires, pots spécifiques...Cette prise en considération peut aider un nouveau manager ou un nouveau cadre à s'intégrer plus rapidement dans le fonctionnement de l'organisation.

Le monde de l'éducation s'interroge aujourd' hui , devant la montée des actes d'incivilité et de violence dans les collèges et lycées, sur la nécessité de renforcer la communication sur des règles et des rites qui pourraient sembler acquis : prendre la parole en la demandant d'abord au professeur, se dire bonjour le matin en arrivant, ....

Certes, les nouvelles formes de communication via les réseaux sociaux ont tendance à aller au direct sans préalable et sans préambule. Est il si contraignant de rajouter un "bonjour" dans un courriel ou un sms ?

Et je fais un rêve : si, avant chaque réunion entre partenaires sociaux et chaque réunion à enjeux avec des intérêts divergents des acteurs, il y avait un vrai rituel à l'image de notre jouteur. Chacun prend le temps de se saluer, de s'observer, puis le top officiel de démarrage de la discussion est donné...Le judo en donne aussi un bel exemple avec le salut préalable sur le tatami avant de commencer  et en conclusion de l'entrainement. Ce rituel signifie aussi que tout ce qui se passe sur le tatami reste du domaine du jeu et du sport.

Ainsi, nos rituels même s'ils peuvent apparaître ringuards aux jeunes générations, méritent d'être revisités dans leur sens et dans la protection qu'ils sacralisent entre les êtres humains. De la poignée de main ancestrale...au salut du judoka, nous avons toute une panoplie à exploiter !

 

(1) référence à un film dans lequel le fils, jeune adulte préfère rester chez ses parents plutôt que prendre son autonomie. La génération "tanguy" évoque les jeunes qui,approchant la trentaine, font tout pour rester le plus longtemps possible chez papa et maman.

 

Voir aussi article sur ce blog : "le rituel, une stratégie pour changer."

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans témoignages
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".