Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 06:49

     La sonnette de la porte d'entrée retentit quand Madame vient juste de terminer de prendre sa douche et que Monsieur prend la relève. Elle se dépêche de mettre une serviette pour couvrir son corps nu, descend l'escalier pour aller ouvrir la porte d'entrée.

C'est le voisin Edouard. Il est tout surpris de trouver sa voisine dans cet état.

- Je t'offre un billet de 500 euros si tu acceptes de laisser tomber ta serviette.

Troublée par la demande, et réfléchissant en un quart de seconde, elle accepte.

Edouard ravi contemple la belle silhouette de sa voisine et lui donne un billet de 500 euros.

Elle remonte dans la salle de bain partagée entre le trouble d'avoir montré sa nudité au voisin et une pointe de fierté d'avoir obtenu 500 euros aussi vite. Justement, son cher mari  sort de la douche et l'aperçoit :

- Tiens, Edouard t'a rendu les 500 euros que je lui ai prêtés il y a un mois. C'est une bonne nouvelle !

  Cette petite histoire illustre ce qui peut être considéré comme une interprétation rapide d'une réalité. Le mari voyant le billet de 500 euros en déduit, sans chercher plus, que c'est le remboursement d'une dette. Erreur ! Evidemment cette histoire peut prêter à sourire... tant que c'est une histoire. Or, côtoyant divers milieux professionnels et associatifs, je constate souvent cette tendance à l'interprétation immédiate, sans discernement d'une réalité observée. Un phénomène cumulatif existe aussi : une personne B rapporte à  C ce que  lui a dit A. Et C s'empresse de le communiquer aux alentours, sauf que la version de A n'est plus la même. C'est ainsi que des réputations, des étiquettes excessives peuvent être posées sur des personnes. Quand je repense au procès d'OUTREAUX dans lequel des innoccents ont fait de la prison, durant plusieurs mois, ont eu leur vie et leur carrière brisée,  à cause d'accusations mensongères d'enfants soutenus par des adultes et que le juge d'instruction n'a pas pu ou su prendre un vrai temps de discernement qui aurait sans doute éviter une des plus grandes injustices et erreurs judiciaires de notre siècle, je suis devenu très vigilant sur la manière dont les faits sont communiqués et rapportés. Par ailleurs, la programmation neurolinguistique (PNL) nous rappelle que la carte n'est pas le territoire, autrement dit que chacun a son propre filtre pour regarder la réalité. Chacun de nous peut voir le même éléphant mais si on demandait de le décrire, les points de description seraient probablement à forte nuance : l'un pouvant mettre l'acccent sur l'immense trompe et les défenses, un autre sur le corps massif, un autre sur les pieds et l'allure...

Comment alors sortir du dilemme de viser une communication fidèle à des faits pour éclairer une décision sans qu'elle soit "entachée" par nos filtres de perception ?

Exercice impossible en soi car nous filtrons de toute façon le réel avec une attention sélective auditive, oculaire ou encore tactile ou olfactive, avec notre sensibilité émotionnelle du moment et avec nos habitudes plus ou moins conscientes d'opérer le filtrage.

Cependant, nous pouvons réduire l'écart avec une bonne passoire qui filtre ce qui peut sembler utile et pertinent pour une prise de décision :

- utiliser le chapeau blanc ( 1) d'Edward De Bono pour séparer les faits de nos propres émotions et interprétations. Je n'aime pas sa manière de faire peut alors se traduire par : " Quand je vois qu'il porte au travail un short et des tongues ( faits), je suis choqué et indigné(émotions) .

- poser un questionnement de demande de précision. En reprenant l'histoire du prologue, Monsieur aurait pu demander à son épouse " Tiens, d'où vient ton billet de 500 euros ?"

- recouper plusieurs témoignages pour cerner les faits incontestables sur lesquels pourra se fonder une décision.

Enfin, seul face à une prise de décision, il revient à chacun de prendre le temps d'un discernement " en son âme et conscience", en se rappelant que le sens propre de discerner , "c'est de voir distinctement un objet de manière à ne pas le confondre avec un ou plusieurs autres".

Nous sortirons alors plus sûrement de mals entendus pour être mieux entendus !

 

(1) voir article sur ce blog : " Ne vous casser plus la tête,prenez 6 chapeaux"

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans petites histoires
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".