Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 06:22

" Méditer, c'est aller au fond de l'océan où tout n'est que calme et tranquille. Une multitude de vagues a beau agiter la surface de l'océan, ses profondeurs n'en sont pas affectées pour autant, elles demeurent dans le silence. Tous nos tourments quotidiens s'évanouissent d'eux mêmes. Une paix  s'intalle en nous" . Sri Chinnoy

L'été qui brûle avec sa chaleur est bien une invitation à stopper nos affaires courantes pour nous mettre au repos. L'occasion de revisiter  la méditation, pratique émergente dans notre monde , à l'image d'une plongée sous marine dont j'ai fait l'expérience récemment.

Sur le bateau de plongée, tous vos sens sont en alerte. Le regard est attiré par le bleu de la mer, les oreilles sont baignées par le bruit du bateau et le vent marin. Le mental se prépare à effectuer une plongée surtout quand il s'agit d'une initiation comme ce fut mon cas.

Avant d'entrer en méditation, nous sommes ballotés par tout ce qui se présente autour de nous. Notre cerveau très alerte peut passer d'un souvenir de vacances sur un bord de plage à une préoccupation sociale ou familiale en un quart de secondes ou encore à ce qui est programmé de faire dans notre journée. Parfois, la houle cérébrale est si forte que des allers retours incessants se heurtent comme les vagues se brisent sur les rochers.

Plongée. Tout notre corps descend progressivement dans l'eau marine. Les sons terrestres disparaissent. La respiration, par le détendeur relié à la bouteille d'air, est exclusivement par la bouche et elle est la plus présente en sonorité. Je m'entends inspirer et surtout expirer. C'est rassurant dans un milieu aquatique où la communication humaine ne peut se faire que par signe visuel. L'index et le pouce joints en forme de cercle signifient : "Ok, tout va bien".

Plonger en méditation, c'est aussi revenir à soi, à sa propre respiration, ce soufle de vie. Reprendre conscience de son inspire et de son expire. Ce simple mouvement intérieur nous coupe déjà d'une part de l'agitation incessante du cerveau pensant. Comme le plongeur, ce premier palier nous relie plus intimement à nous mêmes.

Le fond marin est atteint. Beauté des coreaux , d'une daurade qui passe son chemin, d'une étoile de mer reposant sur le sable et de failles dont l'obscurité intrigue. Le monde du silence a arrêté nos montres. Le temps au fond n'est plus un temps chronologique. L'hypervigilance du plongeur dans son exploration lui commande de rester toujours en alerte. Alerte sur sa consommation d'air, alerte sur la proximité de ses coéquipiers surtout en eau trouble, alerte pour gérer sa flottabilité au fond lestée par des plombs et éviter l'erreur du débutant, une remontée trop rapide.

Au fond de la méditation, il existe un espace dans lequel le temps n'a plus prise. Les pensées de surface se contentent de passer comme les poissons autour du plongeur. Le méditant est simplement là , assis sur une chaise, un banc , à genoux ou encore en position de lotus. Quelle que soit sa position physique, il est en accueil de ce qui se présente à lui. Et si une étoile de mer radieuse se présente à son observation, comme le plongeur, il se contentera de l'observer, de la laisser vivre dans son milieu naturel. Détachement et présence.

Retour à la surface pour le plongeur. La remontée avec une charge de près de 20 kilos sur le dos, gilet stabilisateur et bouteille d'air n'est pas très aisée par l'échelle de plongée à l'arrière du bateau. Ouf ! Tout le matériel est retiré. J'en ressent un profond sentiment de libération. Les plongeurs remontent l'un après l'autre. Le ciel méditteranéen est au zénith, bleu sous un soleil réchauffant. Cet air marin recharge l'esprit encore plein d'émotions indicibles révélées par les profondeurs de la mer.

La méditation se termine. Le méditant reprend pied dans son environnement, le contact avec la pièce dans lequel il se trouve. Est il plus léger, plus lourd de cette exploration intérieure ? Toutes les situations sont observables. Mais quelque chose d'infime a pu bouger. Cet air autour de lui, cette ambiance autour de ses pensées, il y a un zeste de quelque chose de nouveau. Comme le plongeur qui a goûté ce plaisir unique au fond de l'océan, le méditant aspire à retrouver cette profondeur avec lui même.

Et si finalement méditer , c'était explorer nos fonds marins pour mieux nous connaitre, pour mieux nous retrouver. L'exploration peut nous faire découvrir des fonds troubles, des épaves comme de belles étoiles de mer.

 

Articles sur ce blog pour aller plus loin :

Mindfulness ou la méditation de pleine conscience

passer de l'agir au non agir


 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans témoignages
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".