Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 08:46

NOEL, historiquement synonyme pour le monde chrétien et croyant de l'arrivée d'un petit enfant nommé Jésus dans une modeste étable est devenu au fil du temps de notre monde dit moderne, le grand big bazar de la consommation. A tel point que des enfants interrogés dans la rue étaient dans l'incapacité de citer l'origine de NOEL !

Les magazins et grandes surfaces ouvrent des week-ends entiers en décembre, pratique qui semble se banaliser alors qu'au départ, elle avait fait réagir le corps social revendiquant qu'un jour de repos, sans consommation, c'est une respiration salutaire pour un être humain trop souvent hâpé par la spirale du travail ou encore de la publicité. Avec l'arrivée des nouvelles technologies toujours plus compactes, donnant plus de fonction, d'options de forfait et donc plus de séduction auprès des consommateurs, c'est à qui aura la dernière console , la dernière wii la plus sophistiqué ou encore le dernier iphone dernier cri, en tête du hit parade sur le marché économique du Père Noêl. Et signe des temps, des jeunes américains âges à peine de 10 ans revendiquaient pour leur cadeau de Noêl, dans le cadre d'un sondage, déjà "l'artillerie phone" de leurs aînés, à savoir l'achat d'un iphone ! Dans ce " toujours plus " ,  une voix à contre-courant s'élève et rencontre un écho de plus en plus large sans pour autant user de l'impact médiatique de la déesse télévision, celle de Pierre Rabhi.

Qui est Pierre Rabhi ?

Originaire d'Algérie, Pierre Rabhi est arrivé en France avec sa famille d'adoption, a connu le milieu de l'entreprise puis s'est tourné vers l'agriculture biologique, la réflexion pour une économie de l'équité entre pays du sud et pays dits avançés. Souvent cité comme un des  penseurs écoutés du développement durable sur un plan international , il a écrit un beau livre  intitulé "Vers la sobriété heureuse". (1)sobriete-heureuse.jpg

 

Et là, changement de décor, avec poésie, à l'appui d'un récit personnel d'une enfance passée près d'un père forgeron et la beauté nostalgique d'un monde rural vivant fortement du lien social et disparu sous le coup de boutoir colonisateur de l'industrialisation, il nous lance un appel vibrant. Regardons avec lucidité  notre "pseudo-économie" qui produit toujours plus avec plus de pauvres et de laissers pour compte. Si chaque habitant sur cette terre consommait comme un européen, il faudrait 3 planètes et comme un américain, au moins 5 !! Il est donc urgent de revoir notre style de vie, et dans sa proposition globale , la charte internationale pour la terre et l'humanisme, il nous pose deux questions indissociables : quelle planète laisserons nous à nos enfants ? et quels enfants laisserons nous à notre planète ?

Comment changer de style de vie pour renverser le mouvement ?

Un mot résonne en filigrane de sa démonstration : la sobriété heureuse. Mot d'ailleurs que l'auteur se refuse à enfermer dans une définition "prête à penser". Elle affleure autour de l'autolimitation, de la modération, du sens de l'équité en pensant à ceux qui n'ont même pas le minimum vital pour survivre. Plus loin, c'est une attitude de gratitude envers notre planète terre qui nous a tant donné pour vivre en se rappelant que ses ressources s'épuisent rapidement. C'est encore l'idée qu'il y a un rééquilibrage à opérer entre le masculin et le féminin, déjà dans la gouvernance, estimant que les femmes, par nature, sont davantage protectrices de la vie que les hommes. Et puis cette sobriété heureuse, c'est le choix conscient des moyens utiles à nos besoins vitaux en renonçant au superflu. Et là les marges de progrès sont immenses !

Alors, une question, la sobriété heureuse est-elle accessible à tous ?

Oui répond Pierre Rabhi à condition de se relier collectivement à une forme d'intelligence. En changeant notre regard sur le monde, en déconstruisant  les fondements de notre modèle dit économique pour faire émerger une liberté de penser, d'imaginer et d'agir;

Et là, Pierre Rabhi sait de quoi il parle. En effet, parmi ses mutiples initiatives,  il a été à l'origine de l'expérience en 2003, dans la Drôme, aux portes de la Provence, du site écologique, solidaire et pédagogique des Amanins (2). Sur ce site, se côtoient une école dans laquelle les enfants sont sensibilisés très tôt à l'écologie et au vivre ensemble par la coopération, une ferme aux méthodes visant à préserver la terre pour produire une nourriture saine, et des bâtiments utilisant les énergies renouvelables comme le soleil et le bois. Ce lieu est aussi accessible au grand public pour des stages ou des journées de sensibilisation.

Et laissons le mot de la fin à Pierre Rabhi très sensible à l'intelligence des peuples terriens desquels il rapporte cette pensée :

 

Seulement après que le dernier arbre aura été coupé,

 

Que la dernière rivière aura été empoisonnée,

 

Que le dernier poisson aura été capturé,

 

Alors vous découvrirez que l'argent ne se mange pas.

 

Et si NOEL était plaçé sous le signe de la sobriété heureuse autrement dit la joie, le contentement d'avoir ce qu'il faut pour vivre sans chercher le "toujours plus".

 

(1) "vers la sobriété heureuse"; collection Actes sud

 

(2) site internet : lesamanins.com

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans livres ressources
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".