Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2011 7 25 /09 /septembre /2011 07:09

Un  petit homme au teint buriné vient de s'installer à la tribune sous chapiteau installée près de la maison  départementale de l'environnement, dans les environs de Montpellier. Applaudissements. Puis une voix douce venant du fond de l'être dit, avec un peu d'hésitation, "Merci " à toutes celles et ceux qui ont fait le déplacement pour l'écouter. Silence d'une assemblée de jeunes et d'anciens captée par un message d'un homme originaire d'Algérie, venu en France et qui est passé par tous les métiers, sur des chantiers comme ouvrier spécialisé, par l'artisanat, l'agriculture. Cet homme s'appelle Pierre Rabhi.(1)

Morceaux choisis d'un moment où le temps s'est arrêté.

" J'avais passé toute une journée à couper du bois avec mon voisin et avec une grande scie de bûcheron. Et le soir, je m'arrêtais pour contempler le cercle solaire qui descendait rougoyant sur l'horizon. J'ai invité mon voisin à me rejoindre et je lui ai dit : " regarde". Il m'a répondu fiérement : " On a fait 10 stères de bois !". 100 0265Anecdote savoureuse pour montrer le décalage autour de nous entre la dimension économique, productiviste menant au "toujours plus" et l'art de poser ses valises, de s'arrêter pour contempler simplement la nature. La beauté prédispose à l'enchantement. C'est cet enchantement qui est à retrouver dans nos sociétés hâpées par la consommation dans un système aliénant. Nous travaillons dans des boîtes, nous faisons la fête aussi dans des boîtes en y allant avec une caisse. Et à la fin, nous terminons dans des boîtes. Ce système a produit une idéologie trompeuse d'une croissance exponentielle, en standardisant les produits et en tuant la petite économie locale, y compris dans les pays colonisés. Ce système de compétivité où les grandes mutinationales jouent les prédateurs sur les marchés mondiaux conditionne toute une jeunesse avec un slogan " Sois le meilleur !" Or, dans la nature, les animaux prédateurs, comme les lions, se contentent de manger le nécessaire pour survivre, ce qui est loin d'être le cas des dits " prédateurs économiques" qui font du profit au delà des besoins minimum...

L'être humain a vocation à vivre dans une relation de complémentarité, de coopération en redonnant toute leur place aux femmes, protectrices de la vie. Je suis admiratif, dira Pierre Rabhi, des femmes africaines qui , par leur énergie déployée au quotidien, tiennent le tissu social des villages. Nous sommes tous appelés à gravir la montagne pour une vision plus large de notre humanité, et ainsi élever notre conscience. Là se présente une option libératrice du système, qui peut nous sortir du "toujours plus", de notre insatisfaction permanente ou encore du vide intérieur, je l'ai nommée : sobriété heureuse. Sur ce chemin personnel ouvert à tous, il s'agit de se désencombrer du superflu, de sortir de la frénésie de rythmes de vie conduisant au stress et à l'angoisse, de retrouver une unité entre les hommes reliés par une interdépendance. Rêve d'un penseur utopique ?

Non point, Pierre Rabhi, avec humilité, rappelle à la fin de son témoignage, que des réalisations humaines durables existent déjà de par le monde. Le site agricole des Amanins dans la Drôme avec un collectif d'hommes et de femmes revenant à une agriculture biologique, avec un habitat et une consommation d'autogestion, et une école dans laquelle sont enseignés les principes de la coopération. Le monastère orthodoxe féminin de Solan près de Nîmes qui a fait le choix d'une production viticole de qualité fondée sur les principes du développement dgoutte-d-eau.jpgurable. Ces exemples inspirent d'autres lieux et organisations. Pierre Rabhi croit au changement par tous ces acteurs du terrain, cette société civile qui peut contribuer à des processus de changement plus sûremement que les acteurs politiques trop souvent prisonniers d'un système.

Le colibri est le nom du mouvement lancé par Pierre Rabhi pour sensibiliser les consciences. Une histoire raconte qu'un incendie de forêt s'est déclenché et que le colibri, petit oiseau a pris de l'eau dans son bec, pour arrêter le feu et fait des allers-retour du lac à l'incendie comme un hydravion canadair. Or les mauvaises langues se sont tournées vers lui pour lui dire que ces efforts seraient vain, compte tenu de l'ampleur de l'incendie.

Et le colibri a répondu : "Je le sais mais je fais ma part".

 

(1) voir aussi sur ce blog "Noêl et la sobriété heureuse."

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans témoignages
commenter cet article

commentaires

dame_blanche 28/09/2011 00:23


A la lecture de ton texte résonnent en moi les mots de Graeme Allwriht "petites boîtes"
Après le plaisir de la rencontre, le plaisir de te lire
Salutations à toi et à ta dame
Dame Edith


Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".