Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 07:17

4 degrés au bord du canal de La Vesle, ce dImanche matin à 9h 15 quand plus de 4000 participants s'élancent au coup de pistolet de Madame la maire. Il fait très frais. Dans la ville qui a sacré la plupart des rois de France et au coeur du riche patrimoine du champagne, ils sont partis pour 10 kilomètres. Je suis au m100_0199.jpgilieu d'eux.

le parcours tracé dans les rues de Reims offre à un détour la vision magique de la cathédrale, joyaux de la ville.

Beaucoup de rémois et de participants venus des quatre coins de France et d'ailleurs aiment ce rendez vous automnal baptisé Reims à toutes jambes (1) et composé d'un tryptique de courses : le 10 kilomètres, le semi marathon et l'épreuve reine , le marathon avec les kenyans.

Cette année, j'ai décidé à 50 ans de privilégier une course avec la PNL ou programmation neurolinguistique. Non, ce n'est pas une nouvelle technologie high tech. Cela pourra surprendre les spécialistes de course à pied qui vous parleront de préparation avec fractionné ( succession de séquences de course rapide alternées avec des temps de récupération pour augmenter notamment la vitesse maximale aérobie), de plan d'entraînement sur plusieurs mois comme le suggèrent les revues spécialisées. Certes, en coureur expérimenté, je pratique cette forme d'entraînement mais, enseignant auprès d'éducateurs sportifs les bases de la programmation neurolinguistique, il me semblait opportun de la tester de manière concrète sur une course.

J'ai donc programmé notamment ma fin de course à partir du kilomètre 9 symbolisé par une belle arche blanche gonflable au pied de la dernière rampe emmenant les coureurs sur le parc des expositions avec   tapis bleu jusqu'à la ligne d'arrivée.

De quoi s'agit-il ?

De pratiquer un ancrage visuel, de le visualiser dans sa tête et de se voir agir avec cet ancrage.

En l'occurence, j'ai ancré une accélération dans la dernière montée puis légère récupération sur un faux plat et rebelote nouvelle accélération sur les 200 mètres finaux.

Cet ancrage est une technique PNL visant à provoquer un conditionnement mental par rapport à une situation future. Mentalement, je me suis vu, senti dans cette dernière montée ( repérée à l'entraînement) avec une foulée allongée donnant tout ce que j'ai.

Que s'est-il passé en réalité ?

J'ai effectivement tenu le rythme annoncé jusqu'au kilomètre 9 même si , emporté par le rythme des jeunes, j'ai risqué de brûler mes "cartouches" un peu vite : le premier kilomètre en 3' 20 alors que je partais sur une base de 3' 50 avec comme objectif de descendre sous les 39 minutes.

Et effectivement, au virage sous l'arche des 9 kilomètres, j'ai " vu" mes jambes brusquement accélérer le rythme pour décrocher tous mes voisins et réaliser une remontée . Dans les derniers 200 mètres, j'en ai "remis une couche" pour terminer au sprint au coude à coude avec un concurrent rattrapé .

Résultat : je termine en 38 minutes 22 secondes, mon meilleur chrono sur 10 kilomètres, 106ème et surtout deuxième vétérant 2 !

Certes, les jambes, le mental étaient au rendez vous mais je crois que cette programmation mentale m'a apporté le petit zeste qui fait toute la différence.

En effet, je n'ai pas éprouvé de souffrance spécifique à l'accélération au 9 kilomètres , j'ai même ressenti sur le faux plat, un état euphorique en constatant des réserves énergétiques pour produire un dernier effort.

L'ancrage était aussi auditif puisque je me répétais intérieurement dans la montée "allonge, allonge" , ce qui est un stimulant pour maintenir une foulée longue.

Cette petite expérience m'a confirmé que la programmation neurolinguistique peut vraiment, y compris quand le corps est fatigué , nous aider à faire appel à toutes nos ressources de manière automatisée.

Les puristes et spécialistes de la PNL préciseraient qu'ancrer, c'est d'abord créer un état ressource à un moment M que l'on peut reproduire ultérieurement avec un stimulus codé ( une image mentale, serrer le pouce et l'index, ou un mot déclic...). Reste donc à vérifier si cet état ressource au kilomètre 9 est reproductible dans de futurs 10 kilomètres. " Addictif" suite à cette expérience heureuse, j'escompte bien utiliser l'ancrage à nouveau pour conjuguer réussite et plaisir...dans le réalisme d'un coureur de 50 ans qui a préservé  la joie de la course à pied !

 

(1) voir le magnifique site interne de la ville de Reims "reims à toutes jambes" avec vidéo d'arrivée pour tous les participants !

 

(2) née dans les années 70, élaborée par Richard Bandler et John Grinder, la programmation neurolinguistique est une approche visant à mieux communiquer à partir d'une connaissance de nos filtres de communication ( visuel, auditif,kinesthésique) et de nos programmations à travers le mental, l'émotionnel et le corps.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans témoignages
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".