Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 janvier 2019 1 28 /01 /janvier /2019 21:48

Il est de stature mince, droite, impeccable dans son costume des années  60 d'américain qui incarne un des plus brillants pianistes de jazz

. Sauf que , dans l'américaine confrontée à la ségrégation raciale dans les années de Martin Luther King, il est noir. L'autre, surnommé Tony Lip (en français Tony la tchatche) est d'origine italienne, . Il est rustre, n'a pas d'éducation, est un glouton qui revendique même des paris gagnés de gloutonnerie et il vient d'être mis en chômage technique après la fermeture de sa boite new-yorkaise dans laquelle il était simple serveur. L'autre est blanc. Qu'est ce qui va réunir ces deux hommes et les faire cohabiter de longues heures dans un périple en voiture  jusque dans le Sud de la Louisiane où l'esclavagisme noir existe encore dans les champs de coton ?

Et bien, levons le suspens sans tuer le charme de ce film rythmé par ce parcours et des concerts d'un trio d'artistes chaque soir. Tony est recruté pour être le chauffeur et protecteur de celui qui se fait appelé Don Shirley car titulaire de plusieurs titres de docteur. Le duo d'abord campé dans un rapport de contrôle, de distanciation -Tony fait le job sans en faire trop et Don reste droit physiquement dans un statut supérieur d'érudit- va évoluer de manière inattendue vers une vraie complicité. Vous vous dites , ce n'est qu'un film. Faux, cette histoire de compagnonnage itinérant entre un pianiste noir et un chauffeur blanc est inspirée de deux personnages bien réels des années 60.

Qu'est ce qui contribue au relief euphorisant de ce road-movie par rapport à d'autres films de ce genre ?

Ce rapport inversé entre un noir "dominant" par sa classe, sa culture, son talent et un blanc plutôt rustre mais avec un grand cœur et très amoureux de sa femme qui a accepté de le laisser partir 8 semaines dans cette tournée sudiste. Des dialogues très confrontant et drôles . Tony devra un moment faire une marche arrière avec la limousine bleue pour récupérer un verre cartonné de Mac Doc jeté par la fenêtre ( ça ne se fait pas !), et plus loin, Tony "éduque" Don à apprécier le gras de beignets frits de poulet qu'il refuse dans un premier temps de prendre par les doigts par dégoût. Et enfin, la moralité de l'histoire tient aussi à la victoire du lien qui va unir deux personnalités qui se sont polies comme deux pierres anguleuses au contact quotidien. Le pianiste va insuffler un peu de sa culture et Tony réussira au fil du temps à convertir le "savant érudit " à plus de spontanéité  pour sortir enfin ses émotions enfouies et douloureuses.

Et green book ? C'est le nom du "guide touristique" pour les noirs qui leur indiquait les hébergements et les restaurants "ghettos" qui leur étaient réservés il y a seulement 60 ans.

Et si vous décidiez de refaire cette route du Sud et goûter de ce lien improbable entre deux hommes que tout semblait opposer de prime abord. Une belle leçon de tolérance, d'ouverture, et de vie qui tombe bien dans notre France "jaunie"...

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien appreciative inquiry, et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien appreciative inquiry, et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".