Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 13:29

"Ce qui est certain, c'est que le changement ne viendra pas des autres !  Yves Dubreuil se rejeta en arrière dans son profond fauteuil et mit les pieds sur son bureau. "

Le ton est donné par  Dubreuil, un étrange coach. Quelques jours plus tôt, il venait de récupérer Allan Greenmor, jeune homme de trente ans, au 2ème étage de la tour Eiffel au moment où celui ci allait commettre l'acte de se jeter en bas. Les-Dieux-voyagent-toujours-incognito.jpg

Cette interpellation sans appel de Dubreuil adressée à Allan est au coeur du deuxième roman de Laurent Gounelle au titre  énigmatique " Les dieux  voyagent toujours incognito". Formateur en communication et développement personnel, il a trouvé ,à travers le roman, une voie originale pour nous renvoyer un miroir saisissant sur nos comportements humains révélateurs de nos fonctionnement intérieurs et psychologiques.

Sans dévoiler tout le suspens de la relation entre Dubreuil et Allan, ce roman m'a séduit par la manière magistrale dont Laurent Gounelle montre les diverses étapes du passage de l'état de victime à celui d'acteur de sa vie. C'est toute la trajectoire d'Allan Greenmor, jeune consultant déprimé dans un cabinet à l'éthique douteuse et venant de vivre une rupture amoureuse jusqu'au nouvel Allan qui défiera finalement son propre patron de manière spectaculaire et inattendue. Quelles sont donc ces étapes ?

 

Etape initiatique.

Elle est constituée par les premières situations que Dubreuil impose à Allan pour le faire sortir de sa petite zone de confort. Par exemple, entrer dans une boulangerie, demander un pain, se raviser, en demander un autre puis finalement , alors que la queue gronde derrière lui, annoncer qu'il ne prend aucun pain. C'est une confrontation difficile au début pour Allan qui lui coûte mais qui va lui permettre petit à petit de quitter ses peurs  pour gagner en confiance avec lui même.

 

Etape de prise de conscience de ses comportements de victime.

Combien de personnes qui râlent en permanence, se plaignent tous les jours auprès de leurs collègues de travail, ont elles conscience que ce type de communication les enferment dans une posture de victime ? Et alors ?

Alors, cet état ne leur permet pas ou peu de trouver par elles mêmes les moyens d'avancer, de sortir de leurs plaintes. Allan le témoigne quand il dit à Dubreuil à l'occasion d'une séance : "

« Je crois avoir eu moins de chance que d’autres dans la vie, à ce jour. A commencer par mon milieu social… ».

En état de victime, nous trouvons toujours des justificatifs, des alibis à ce qui ne nous satisfait pas dans la vie : c'est l'origine sociale ( que dire alors des enfants résilients qui transcendent la souffrance d'une enfance pour devenir des adultes plein de vie..), c'est le système qui favorise les plus nantis, c'est mon patron qui ne m'aime pas, c'est mon voisin qui m'espionne...Bref, je n'ai pas de chance, c'est la faute des autres !

Comment retourner cet état d'esprit autolimitant ?

Encore une fois, par une sortie hors zone de confort et un oser. Et Dubreuil délivre alors à Allan sa formule magique "Embrasse l'univers de ton prochain, et il s'ouvrira à toi."

Autrement dit, dans cette étape, Allan est encouragé à changer son mode d'approche de l'autre. Il est invité à avoir en lui une intention positive, par exemple, chercher réellement à comprendre le point de l'autre plutôt que de chercher à être compris.

 

Etape de changement de croyance :

Enfin, les exercices et les mises en situation auxquelles Allan va être confrontés vont le transformer intérieurement. La  citation inscrite sur le mur du restaurant dans lequel Allan déjeune avec sa collègue Alice "Nous devons incarner le changement que nous voulons voir dans le monde" de Gandhi va faire doucement son chemin.

Après bien des épreuves, des doutes, et des prises de risque  avec lui-même, notre héros pourra enfin se dire : "C'est en se changeant soi-même que l'on devient heureux, pas en changeant ce qui nous entoure". Une révolution dans la vision d'Allan Greenmor qui est passée d'une croyance limitante " Je n'ai pas de chance à cause de mon milieu social (son père l'a abandonné tôt) " à une croyance ressource qui pourrait se formuler " Je peux agir sur mon destin pour plus de bonheur quel que soit le point de départ."

 

Et "Les dieux ne voyagent pas incognito" pourrait être sous titré :

Le hasard n'existe pas et comment Allan Greemor a pris sa vie en main.

Laurent Gounelle, qui a décidément le sens de la formule bien choisie, avait laissé filtrer un indice dès la préface avec cette citation tonique de Soeur Emmanuelle :

La vie est un risque.

Si tu n'as pas risqué, tu n'as pas vécu.

C'est ce qui donne...un goût de champagne.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel BERNARD - dans livres ressources
commenter cet article

commentaires

Qui Est L'auteur ?

  • : Le blog de Michel BERNARD
  • Le blog de Michel BERNARD
  • : ce blog est destiné à ouvrir un espace de reliance entre la psychologie positive, le coaching et le développement personnel.
  • Contact

Profil

  • Michel BERNARD
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".
  • Coach, praticien "appreciative inquiry" et formateur en ressources humaines et management, j'ai à coeur de faire partager mes découvertes autour de la psychologie positive et de la pédagogie du "mieux apprendre".